Les managers de transition sont-ils des surhommes ?

Publié le 21 février 2019
Management / Prospective

La dernière prédiction du Docteur NIETZSCHE …

Selon ses biographes, Friedrich NIETZSCHE, aurait élaboré sa théorie du surhomme en contemplant les avalanches de Sils Maria en Suisse. L’observation de la nature …L’éternel retour …

Les managers de transition interviennent le plus souvent dans des contextes compliqués…dégradés parfois …où les équipes sont à l’arrêt …où elles ont perdu confiance …dans le management, dans l’entreprise et souvent en elles-mêmes.

En Finance, livrées à elles-mêmes, les équipes enchaînent avec passivité et sans rien dire…les cycles de reporting. Un mois succède à l’autre…

Jamais de temps pour prendre du recul, pour analyser les chiffres, pour s’organiser différemment …Et ployant sous la tâche, les choses se dégradent petit à petit…Elles subissent …Les coûts standards ne sont plus mis à jour dans l’ERP faute de temps, les collaborateurs qui s’en vont et ne sont pas remplacés…les intérimaires qui se succèdent …Tout est déterminé …Tout se répète …Il n’y a plus qu’une seule réalité… Celle de l’enchaînement des tâches …Toujours les mêmes …

L’éternel retour …Il y a de la cruauté à dire que le réel est tel qu’il est !

Nietzsche entrevoir dans ses métamorphoses trois étapes indispensables dans la vie de l’homme. Une allégorie de la vie des managers en entreprise ?

D’abord il faut être « chameau » : Se baisser pour être chargé, se relever, porter sa charge tous les jours et avancer coûte que coûte …

Ensuite il y a l’étape du « lion » : Rugir ! C’est l’étape du rugissement, de la rébellion …

Enfin l’homme redevient « enfant » : L’enfant c’est la promesse …Le surhumain !

Tous les managers de transition que je connais sont passés par ces trois étapes. Tous ont vécu, bon gré mal gré, ces métamorphoses…

La vie en entreprise c’est « Ainsi parlait Zarathoustra » : Un opéra sans musique ? Un poème lyrique construit sur le principe Wagnérien ?

Nietzsche dresse un constat sombre de notre existence mais aussi et surtout de l’Allemagne de son époque (celle qui gagne la guerre de 1870). La volonté de puissance …C’est un constat …pas une morale. D’ailleurs Nietzsche est très lucide sur ses contemporains. Il écrit de façon prémonitoire « Gagner une guerre c’est la perdre. Il faut sauver l’Allemagne d’elle-même. Il faut sauver l’Allemagne de sa victoire… ».

Tout est déterminé ?

Si tout est déterminé à l’avance. Que tout se répète sans cesse. Que l’éternel retour fait la loi. Que la nature, le cosmos sont faits de cycles Quelle liberté nous reste-t-il ?

Si nous vivons sans cesse la vie que nous avons déjà vécue, celle de l’enchaînement des mêmes tâches mois après mois, année après année, que nous la vivons maintenant, que nous sommes condamnés à vivre et revivre cette même vie…Qu’il n’y a pas d’autre vie possible ? Quelle liberté nous reste-t-il à nous les managers ?

En bon stoïcien, Nietzsche nous livre une sagesse …Puisque ce qui nous advient ne peut pas ne pas advenir …alors il nous reste la liberté de vouloir cette vie qui nous advient. Nous pouvons aimer ce qui nous advient.

Vouloir ce qui nous veut ! Aimer ce qui nous veut !

Tous les managers de transition que je connais sont différents. Tous ne sont pas stoïciens … J’en connais beaucoup qui sont épicuriens…Certains mêmes hédonistes…Un grand nombre parmi nous veulent changer le monde, changer de vie, changer la vie …

Mais tous ont eu une première fois, une première mission. Puis les missions se sont enchaînées. Et vous savez quoi ?

Tous y ont pris goût. Tous veulent et aiment ce qui leur advient. Tous veulent et aiment « être » en mission en entreprise.

Les managers de transition : des surhommes ?

Si être un surhomme au sens de Nietzsche c’est :

– Regarder le réel en face => ce qui nécessite un minimum de curiosité pour l’autre et aussi un sens prononcé de l’écoute et de l’observation

– Accepter les rythmes de la nature (le côté « bon sens paysan ») => faire les choses dans un certain ordre

– Ne pas entrer dans les fictions, ne pas se laisser berner par les phénomènes de modes ou les représentations théoriques élaborées par les consultants

– Vouloir et aimer sa vie

Alors oui. Trois fois oui. Les managers de transition sont des surhommes ou des surfemmes !

Et à dire vrai. La plupart d’entre eux vivent leur vie de manager de transition avec élégance.

Vous souhaitez en savoir plus sur le management de transition ?

Participez à nos prochaines PORTES OUVERTES qui se dérouleront le Vendredi 15 mars 2019 à Paris.

Une session le matin et une session l’après-midi (au choix.)

Programme et formulaires d’inscription disponibles sur le site www.citizen-cash.com .

Au plaisir de vous retrouver en pleine forme,

David BRAULT

Objectif CASH

L’article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux !

Autres articles sur le même sujet

24 novembre 2022
Management / Prospective

Il en va du management de transition comme de la…

Vite ! Précipitez-vous ! Cette exposition est formidable ! En quelques salles et quelques dizaines d’œuvres nous comprenons l’évolution dans les thèmes et…
15 novembre 2022
Management / Prospective

Le cinéma nous livre régulièrement des leçons de management !

Des leçons de vie tout court ?   Avec « Sans filtre » film primé à Cannes en 2022 et « Reprise en main »…
25 octobre 2022
Management / Prospective

French Tech : Plus souvent mulets que licornes !

Dans son édition du Dimanche 16 Octobre 2022, le Journal Du Dimanche, sous la plume de Sylvie ANDREAU, récapitule un…

Contactez-nous

Vous proposer un parcours client personnalisé adapté à vos besoins pour construire ensemble la réussite de vos missions…

QUEL EST LE PROFIL DE VOTRE ENTREPRISE ?

Contactez-nous

Contactez-nous

01 56 59 09 40

    Être rappelé

    * champ obligatoire