C’est quoi un bon DAF ?

Publié le 4 avril 2023
Finance / Gestion

Beaucoup de clients nous interrogent. Avez-vous un bon DAF dans votre vivier ?

Outre que nous n’avons pas de vivier (*) mais plutôt une équipe … La question mérite d’être posée : C’est quoi un bon DAF ?

Cette question revient régulièrement. Y a-t-il des bons DAF dans l’absolu ou tout DAF pris dans un certain contexte peut-il être bon ?

Faisons un rapide parallèle avec le sport…

C’est quoi un bon footballeur ? Un bon skieur ? Cela va dépendre du contexte ? De la nature de la compétition pour le skieur (descente, géant, slalom…) …Du style de jeu pratiqué par l’équipe, du niveau des coéquipiers pour un footballeur…Et aussi de la place jouée par le joueur sur le terrain. On ne demandera pas les mêmes choses à un goal, à un attaquant ou à un défenseur … Selon le coach le joueur sera considéré comme bon, très bon mais aussi moyen ou nul… Je mets bien sûr Kylian M. à part …

Dans la Direction Financière c’est un peu la même chose… Tout dépend du contexte …

En revanche on peut tout de même rappeler les évolutions sur les 15 dernières années … 15 ans c’est court …

Il y a 15 ans on aurait dit UNTEL est un bon DAF parce qu’il sort le reporting à temps et que nous n’avons jamais eu de problème avec les commissaires aux comptes.

Aujourd’hui ce qui précède est considéré comme acquis. Le bon DAF sort le reporting à temps, gère les CAC…mais il fait beaucoup d’autres choses. Il s’implique sur la mise en œuvre de la stratégie, il s’implique sur le prévisionnel (il en est le garant) et aussi sur les financements, les systèmes d’information, les acquisitions, etc.

En 15 ans (un temps très court rappelons-le) les attentes vis a vis du DAF ont considérablement augmenté…

Etre DAF aujourd’hui comporte beaucoup plus d’exigences.

Formulé autrement le bon / la bonne DAF aujourd’hui est très largement meilleur / meilleure que le bon DAF / la bonne DAF il y a quinze ans…

Petit pas de côté pour illustrer le propos qui précède …

Le musée du Jeu de Paume à Paris présente en ce moment une formidable exposition « Le bégaiement de l’histoire » retraçant la carrière du photographe et sculpteur Allemand Thomas DEMAND.

L’artiste (né en 1964 à Munich) a passé la majeure partie des trois dernières décennies à explorer les imbrications de l’histoire, des images et des formes architectoniques. Dans ses objets photographiques grand format, l’histoire se présente comme un fac-similé, aussi banal que perturbant, d’épisodes médiatiques que l’on ne reconnaît jamais tout à fait. Bien que ses images paraissent représenter le monde réel, on constate, en les examinant de plus près, qu’elles n’entretiennent avec lui qu’un fragile rapport de ressemblance. Il s’agit en vérité de photographies de sculptures éphémères recréant des images que l’artiste a prélevées dans les médias, puis reconstituées en papier et en carton dans le but précis de les photographier.

Après avoir choisi ses images sources, il utilise du papier et du carton de couleur pour reconstituer méticuleusement des espaces réels, en trois dimensions et à la vraie grandeur. Ensuite, il photographie ces maquettes et les détruit, ne laissant donc subsister que leur double ou leur spectre photographique. Le bégaiement de l’histoire réside dans cet étrange écart entre le monde que nous habitons et le monde de papier et de carton que l’artiste recrée dans son atelier.

La photographie représentée sur l’affiche de l’exposition ci-dessous nous montre la « Control Room » de la centrale nucléaire de Fukushima. Apparemment tout est en ordre. Le cockpit, les écrans, les tableaux de bord s’allument conformément aux protocoles.

Mais les agents en charge de la sécurité (non représentés sur l’image) se sont ils rendus compte qu’il y a un problème avec le faux plafond ? Des dalles qui pendent de partout ?

Les bons DAF, quelles que soient les époques ne se contentent pas de regarder leurs écrans ou leurs dash boards… Ils sortent de leurs bureaux, ils regardent les choses pas eux-mêmes et pas seulement à travers le biais de leurs tableaux Excel …Et si il y a un truc qui leur paraît bizarre ou anormal (même si ce truc n’apparaît pas dans le dash board ou dans les tableaux de bord) ils s’en saisissent voire ils alertent …

L’équipe Objectif CASH

(*) vivier c’est plus pour les restaurants pour présenter les homards ou les langoustes avec des élastiques autour des pinces pour éviter qu’ils / elles pincent ?

L’article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux !

Autres articles sur le même sujet

11 juin 2024
Finance / Gestion

Guerre des talents : Ce que veulent les jeunes et…

Les grands groupes pas si mieux traités que les ETI ? Selon une étude BVA pour la Fondation Jean-Jaurès et la…
4 juin 2024
Finance / Gestion

Attirer et recruter des talents… Soigner l’entreprise par les plantes…

Nous l’avons rappelé il y a quelques semaines dans une chronique sur notre chaîne YouTube Objectif CASH. Toute crise, toute…
30 mai 2024
Finance / Gestion

Management de transition : Être ou ne pas être dans…

Vaste sujet pour les dirigeants d’entreprises qui hésitent parfois à avoir recours au management de transition… Vaste sujet également pour…

Contactez-nous

Vous proposer un parcours client personnalisé adapté à vos besoins pour construire ensemble la réussite de vos missions…

QUEL EST LE PROFIL DE VOTRE ENTREPRISE ?

Contactez-nous

Contactez-nous

01 56 59 09 40

    Être rappelé

    * champ obligatoire